Keiko Machida, Dessiner la nuit, les revoir le matin

EXPOSITION DU 11 SEPTEMBRE AU 06 NOVEMBRE 2021

 

Dans une atmosphère oscillant entre jour et nuit, Keiko Machida présente les travaux récents de céramique et de dessin élaborés pendant ces derniers temps suspendus.
Partant de la notion de matérialité, l’artiste utilise la lumière comme élément principal pour relier les espaces particuliers du Point Commun. Immatérielle, insaisissable, sans odeur, sans texture, sans poids, la lumière prend forme comme œuvre à part entière dans l’exposition.

L’installation est vue en pleine lumière du jour ou au travers de lumières reconstituées qui donnent un aspect nocturne aux œuvres, impliquant à la fois une relation intime et une mise à distance avec le spectateur .

Se déployant depuis la pratique du dessin, Keiko Machida s’intéresse à estomper la frontière entre toutes les disciplines qu’elle aborde depuis un certain temps – dessin, céramique, peinture, installation et écriture – sans les hiérarchiser, ni les catégoriser, afin de soulever la question de la perception et du sensible, de la relation et de la représentation.
A la limite entre réel et rêve, entre apparition et effacement, son travail raconte des histoires sans début ni fin, en invitant le public à vivre une expérience à la fois familière et inquiétante.

_

Née à Osaka en 1976, Keiko Machida est une artiste diplômée de la HEAD – Genève en 2008. Sa pratique artistique est fondamentalement basée sur le dessin, qui lui permet de traverser de multiples médiums. Elle vit et travaille en Haute-Savoie.

En 2011, elle a été lauréate du prix de dessin au Institut National Genevois. Son travail a été soutenu par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes (2010/2013), le FCAC Genève (2010) et la Société des arts de Genève (2014), et présenté à l’occasion d’expositions en France, en Suisse et au Japon, notamment à la Serre à Saint-étienne (2017) et Salle Crosnier à Genève (2011). Elle participe régulièrement à des expositions collectives et des résidences telles que NAIRS à Scuol (2019), Sundaymorning@ekwc à Oisterwijk (2017) et Goodlife Productions plate-forme für karamik à Zürich (2013).

Elle s’intéresse aussi à des formes d’édition, qui offrent à ses dessins d’autres perspectives. Depuis 2014, elle collabore avec les éditions Ripopée et art&fiction.
Ses œuvres font partie des collections publiques du FCAC Genève, du FMAC de la ville de Genève et du Fonds d’art visuel de la ville de Lancy.