Le problème de l’angle droit

Exposition du 12 septembre au 7 novembre 2010

 

Carte blanche lui a été donnée pour interroger le regard que nous portons sur le lieu : « Basculons la tête à 90°. L’horizon gratte le ciel. Les arbres se couchent en bancs. Abscisses et ordonnées s’inversent. Comment se repérer sous ce nouvel angle droit ? »

Perte d’équilibre, basculement dans une dimension autre mais familière… L’association poursuit ainsi son objectif de « cultiver une vision artistique différente » en proposant de découvrir la création contemporaine dans la diversité de ses médias et de ses styles, dans la transversalité de ses pratiques, dans sa confrontation directe entre artistes et publics et dans l’expérimentation physique des œuvres.

En effet, le travail de Zoé Benoît, emprunte à l’architecture, à la sculpture et à la peinture, il perturbe notre perception « habituelle » et « quotidienne » de l’espace parcouru, fréquenté et vécu. Art in situ qui se nourrit de ce qui est par un sens de l’observation aigu et une compréhension du contexte spatial et social, le travail de Zoé Benoît offre une approche sensible du terrain.

Les trois pièces qui se succèdent en enfilade au point commun, créent une impression de linéarité, scandée par le rythme régulier des baies vitrées. L’artiste intervient pour modifier par un léger décalage nos repères conventionnels et fonctionnels.

Dans le café, l’« horizontalité » est remise en question par l’installation « Vertical Horizon », composée de cordes mexicaines de couleurs vives pendues au plafond. Cette disposition, rappelant la chute d’une pluie de rayons tropicaux attire le regard, le dirigeant vers la mezzanine, nous prenons de la hauteur.

Dans la salle d’exposition, l’installation « Superparallèles » par son système de grille cloisonne et restructure l’espace. Elle joue sur notre cheminement visuel et corporel, de nouveaux cadrages et limites apparaissent. Une série d’images, les « Terrains d’entente » complète ce dispositif. Des bandes de vénylia, de scotch, de papier de soie et de peinture se répartissent sur ces images en variant leurs positions en avant ou arrière-plan, constituant des partages de plans en entrant en résonance avec la structure.

Enfin, « Uno-puissance 3 » est constituée d’une tablette où se logent trois globes en verre soufflé. La boule de cristal, annonçant l’avenir, est triplée : passé, présent et futur se côtoient et déroute notre lecture temporelle mais aussi notre approche spatiale : l’orthogonalité de « Superparallèles » se courbant dans les reflets du verre, peut-être pour résoudre le problème de l’angle droit ?

 

Pour en savoir plus: http://zoebenoit.com/