Nature

Exposition  du 11 septembre au 13 novembre 2011

 

 

Marie Denis nous convie à parcourir une exposition-promenade entre nature et culture : cheminer, s’arrêter, s’assoir pour regarder différemment les œuvres et multiplier ainsi les points de vue. Cette démarche fait partie intégrante de la découverte de son travail. En effet, elle nous propose de nous perdre dans son univers sensible et poétique, ou plus exactement de nous laisser dériver et errer dans « son dédale » savamment agencé en « archipels d’œuvres. »

Ces archipels sont composés d’une multitude d’objets de toutes tailles. Des grands formats ponctuent l’espace comme Melle Choura, sac géant constitué de plusieurs plastiques colorés, Les papiers amoureux, boîtes-herbiers fax ou encore Léon, cadre majestueux recevant des plumes de paon. Mais également de petits objets délicats demandant une observation attentive de la part du spectateur parmi lesquels se trouvent: The Village, cubes-maisons réalisés en diapositives, Fleur de calamite, aimant saisi de limailles de fer et des sphères de verre, écrins de photographies « vintage » (Giocco, Una storia, Ladybird).

Marie Denis utilise aussi des supports variés : poupée-chiffon (The Watcher), poupée-buste (Le buste) évoquant des formes humaines recouvertes de feuillages, des maquettes (Arasement, Mastabas), des magazines (Fleur-tabouret), des annuaires (Les fossiles)… et des techniques mixtes mêlant aux pratiques artistiques traditionnelles, des savoir-faire artisanaux : objets-sculptures,(La main de Fatma), photographies (Luce, Le sachet de thé, Lady bird-domino), lithographie (H.R., l’Herbier Ruthène), peinture (Première peinture), vidéos (Que Sas ?, Floralies), couture ou assemblage délicat, déclinant une approche contemplative, troublante ou cocasse.

Différents matériaux naturels inspirent tout particulièrement Marie Denis : plumes (Astérix’Spirit, Black Swan), nénuphars (Ironing), palmier stabilisés (La tiare), autant d’éléments que l’artiste s’approprie, détourne et « dompte » afin de créer des pièces uniques. Ces matières peuvent être aussi réemployées, réinterprétées et déclinées au fil du temps : « une manière de réinjecter de la recherche dans des formes déjà travaillées. »

Par sa diversité et sa richesse, l’ensemble constitue un cabinet de curiosités contemporain qui suscite l’émerveillement. Les objets hétéroclites et composites de l’univers de Marie Denis procurent une sensation d’inquiétante étrangeté : décalages de taille, glissements de sens, détournements d’objets du quotidien, et emploi de matériaux fragiles ou précieux, pour une promenade inédite et sensible…

Pour en savoir plus: https://mariedenis.com/