En immersion… 

 

Exposition du 6 juin au 11 juillet 2015

 

Les hommes debout • Pierre Amoudruz • & Lumarium • Thomas Pachoud

 

Dans un aller-retour permanent entre actions de terrain et démarche théorique, création artistique et développement culturel, AADN dresse des passerelles entre art, société et technologie, interrogeant le numérique dans sa relation aux hommes et à la ville. Dans le cadre de cette exposition, le Point Commun présente deux créations produites par l’AADN.

Invitée en résidence à Cran-Gevrier, l’équipe artistique des Hommes Debout met en avant la richesse de la diversité culturelle de la Ville au travers de la collecte de paroles et témoignages de vie des habitants. Leur mémoire est retransmise par l’installation interactive Les Hommes Debout qui présente au Point Commun 16 figures lumineuses à taille humaine hélant les visiteurs et les invitant au dialogue. Jeu de flash en écho, en changement de couleurs… les statues s’animent de manière imprévisible transformant l’ensemble de l’installation en un ballet de lumière du troisième type. Le public n’est plus seulement spectateur, il se prend au jeu et répond à l’oreille de ces êtres lumineux à la répartie souvent drôle et inattendue.

Enfants comme adultes, prêtez l’oreille aux Hommes Debout puis, à votre tour, soufflez leur quelques mots à l’oreille, ils vous répondront tout en mots, en lumières et en couleurs.

A mi- chemin entre une démarche anthropologique et l’expression de la mémoire vivante d’un lieu, Les Hommes Debout, à travers un dispositif participatif et ouvert à tous, sont avant tout une passerelle pour communiquer et véhiculer du sens.

L’exposition accueille aussi Le Lumarium réalisé par Thomas Pachoud. Cette installation visuelle et sonore nous transpose dans un paysage abstrait, fait de particules sonores et de rayons lumineux, traçant les perspectives d’un univers réinventé, nous conviant au voyage. Elle sculpte le monde au moyen de faisceaux lumineux dans un espace opacifié, donnant matière à l’impalpable, jouant sur la perception de la profondeur, chamboulant notre représentation de l’espace géométrique et nous proposant d’entrevoir un hyper-espace.

Le Lumarium convie le spectateur à vivre une expérience mettant à l’épreuve ses sens. Par un jeu de désorientations et de renversements de l’espace, par une interconnexion profonde entre le son et la matière, elle aspire le spectateur dans un univers spatio-temporel entre entropie et retour à l’équilibre.